AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les traditions d'autrefois de Marseille

Aller en bas 
AuteurMessage
Cathy
Rang: Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 715
Age : 47
Localisation : St paul-lez-Durance
Date d'inscription : 19/02/2005

MessageSujet: Les traditions d'autrefois de Marseille   Dim 27 Fév - 2:12

Les Métiers Disparus


hum

Vous souvenez-vous du dernier rémouleur ambulant que vous avez vu ? Tant de métiers des rues ne font plut partie de notre paysages . . . restent les images .

Le rémouleur : Un des métiers les plus familliers des rues de Marseille . Dans un quartier où la pauvreté était le lot commun , l'entretien des couteaux , ciseaux , étaitent de la pplus grande nécssité . Monstre

Les Lavandières : Domestiques , blanchisseuses ou maîtresses de maison se retrouvaient dans ce lieu exclusivement féminin . Ce travaille est exténuant . L'eau est très froide , la position inconfortable et la lâche répétitive . Mais l'endroit est animé ! §pap§

Les gamins des rues : Les gosses des rues de Marseille ne vont pas à l'école mais apprennent la vie dans la rue . Décrotteurs , cireurs de chaussures , ramoneurs de mégots , mendiants . . . ces petits Italiens ont appris à devenir de vrais petits Marseillais sur le pavé du Vieux Port . demon §bje§

§chat§ §pap§

_________________
Le Monde est à nos pieds !


It's good to be the King
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chez-cathy-miam.forumactif.fr
Cathy
Rang: Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 715
Age : 47
Localisation : St paul-lez-Durance
Date d'inscription : 19/02/2005

MessageSujet: Métier disparu suite   Mar 8 Mar - 0:02

LES BOTTIERS ET CORDONNIERS
(D'après un texte paru en 1879)
§aah§
Les bottiers et les cordonniers appartenaient à la même corporation. Ils avaient le droit de faire et vendre des souliers, bottes, bottines, etc. L'histoire de la chaussure est presque aussi vieille que celle du monde, et pendant le cours des siècles les formes des souliers et des bottes ont, comme chacun le sait, varié à l'infini.

Citons les chaussures à la poulaine, à pointes si longues qu'on les rattachait aux genoux ; les patins, les souliers à crevés, à bouffettes ornées de perles, de grains d'or et de touffes de rubans telles qu'on les porta sous Louis XIV et sous Louis XV ; les souliers à talons rouges réservés à la noblesse ; les souliers à boucles, etc.

Les bottes, dont l'usage se généralisa lorsque l'armure fut abandonnée, prirent, elles aussi, les formes et les noms les plus divers : bottes à chaudron, à la houssarde, à l'anglaise, etc. Par suite de son usage de plus en plus répandu, la botte devint un des termes de comparaison les plus fréquents ; il suffit de mentionner les locutions : Haut comme ma botte ; A propos de bottes ; Y laisser ses bottes ; Mettre du foin dans ses bottes ; S'en soucier comme de ses vieilles bottes ; etc.

A Venise, au seizième siècle, il y eut un ordre de la Botte, de même qu'il y a en Angleterre l'ordre du Bain. Chacun connaît l'usage que Bassompierre fit un jour de sa botte, en y buvant
Un bottier-cordonnier du XVIIe siècle.
Dessin de Sellier, d'après Abraham Bosse

ce qu'on peut bien nommer cette fois le coup de l'étrier. L'absolutisme royal parut même un jour s'incarner dans une paire de bottes : ce fut en bottes de chasse et le fouet à la main que Louis XIV vint signifier ses volontés au Parlement de Paris. Le soulier eut toujours quelque chose de plus pacifique et de plus mondain.

C'étaient de véritables chefs-d'oeuvre que les souliers qui étaient portés à la cour de France sous l'ancienne monarchie. Aussi vit-on Louis XIV honorer le mérite de la corporation des cordonniers dans la personne du sieur Lestage, établi à Bordeaux à l'enseigne du Loup botté, et qui fut à la fois un poète habile et un cordonnier renommé. Louis XIV le nomma cordonnier royal et lui donna des armes parlantes : d'azur à la botte d'or, couronnée de même, avec une fleur de lys de chaque côté.

Ces chaussures si élégantes avaient pourtant certains défauts, elles étaient souvent peu commodes. Ce n'était pas sans raison, par exemple, qu'au XVIIIe siècle les chaussures de femmes inspiraient les réflexions suivantes : « Les divers mouvements des os du pied, qui donnent tant de facilité pour la marche et que l'on voit très libres dans l'état naturel, se perdent d'ordinaire par la mauvaise manière de chausser les pieds. La chaussure haute des femmes change tout à fait la conformation naturelle des os, rend leurs pieds cambrés, voûtés et incapables de s'aplatir : elle leur ôte la facilité de la marche ; elles ont de la peine à marcher longtemps, même par un chemin uni, surtout à marcher vite, étant obligées alors de se balancer à peu près comme les canards, ou de tenir les genoux plus ou moins pliés ou soulevés, pour ne pas heurter des talons de leur chaussure contre terre. Les souliers trop étroits ou trop courts, chaussures si fort à la mode chez les femmes, les blessant souvent, il arrive que, pour modérer la douleur elles se jettent les unes en devant, les autres en arrière, les unes sur un côté, les autres sur l'autre, ce qui non seulement préjudicie à leur taille et à la grâce de leur démarche, mais leur cause des cors qui ne guérissent jamais. »

clap


Voilà ma signature prouve bien que notre Mondre et à nos pieds , bien que parfois nous sommes en guerre . colere Il y a temps de chose à partager & à découvrir en nous serrant les coudes , avec une poignée de main pour dire bravo . main main

§abe§ §pap§ §chat§

_________________
Le Monde est à nos pieds !


It's good to be the King
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chez-cathy-miam.forumactif.fr
Faenor
amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 428
Age : 54
Localisation : Provence
Date d'inscription : 19/02/2005

MessageSujet: Re: Les traditions d'autrefois de Marseille   Mer 9 Mar - 1:10

Alors ça c'est sûr! et merci à toi pour ce joli et riche sujet!

C'est vrai! il y a tant de belles choses à partager! les hommes sont capables de bâtir et de confectionner des choses merveilleuses!
Ce serait le TOP si on s'en tenait là!...

PS: les "lavandières"...héhé! moi, j'en connais de plus...terrrrribles!
...mais ceci est une autre histoire!

§pap§ Bye

_________________
...et la Lumière fut!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cathy
Rang: Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 715
Age : 47
Localisation : St paul-lez-Durance
Date d'inscription : 19/02/2005

MessageSujet: Les fromages de Paris   Mar 10 Mai - 16:11





LES FROMAGERS (ou fromagiers) ET LES FRUITIERS
(D'après un texte paru en 1882)

On ne se douterait guère que les crieurs de fromage à la crème dont les rues de Paris étaient sillonnées de toutes parts à la belle saison, aient été une des plus anciennes et des plus importantes corporations des vieux temps. A dire le vrai, ils rentraient dans la catégorie des regrattiers, soit des revendeurs, gagne-petit portant de porte en porte leur marchandise et l'offrant aux ménagères ; mais ils avaient reçu comme les autres des règlements dès la fin du règne de saint Louis.

Aussi bien le fromage n'était-il point d'invention récente au treizième siècle même ; son nom dérivé du mot latin forma, forme, indiquait suffisamment la manière dont on le fabriquait. Dès le neuvième siècle, l'abbé Hilduin en parle dans sa charte aux moines de Saint-Denis, et plus tard Hincmar, dans ses recommandations aux archidiacres, leur enjoint de ne point charger trop les prêtres du diocèse dans leurs tournées pastorales, et de ne leur réclamer que le poisson et le fromage obligés.

Au treizième siècle, les redevances en fromages se payaient couramment ; souvent elles se transformaient en argent comme la plupart des corvées ou des prestations en nature, et elles devenaient un droit, un fermage, qui se louait dans certaines villes comme
Marchand de fromage au XVe siècle

les droits de boucherie, de vin, ou autres. Nous ignorons si ses variétés étaient aussi nombreuses qu'elles le sont de nos jours, mais il est vraisemblable que les provinces avaient déjà à cette époque leur spécialité comme encore aujourd'hui, suivant qu'elles employaient le lait de vache, de brebis ou de chèvre.

Au temps de Philippe III le Hardi, les mesures de police sur la vente et l'achat du fromage étaient des plus démocratiques. Il était interdit aux marchands d'aller guetter dans les faubourgs de Paris les gens de campagne apportant leur fromage au marché, pour le leur acheter avant qu'on ne l'eût exposé sur la place publique. Cette précaution avait surtout pour but de prévenir la fraude sur la qualité du fromage, mais elle avait aussi un motif bien extraordinaire au treizième siècle, celui de laisser le fromage à la portée de tous, afin « que li povres hommes puissent prendre part avec le riche » ; car si les marchands revendeurs eussent pu accaparer, ils eussent élevé leurs prix et porté leur marchandise à un taux trop haut pour le pauvre monde.

La vente des fromages se faisait le plus généralement sur les places pendant toute la partie qui précéda le seizième siècle. Depuis, les fruitiers ouvrirent boutique et les fromages se vendirent « à fenestres » Les marchands ambulants restèrent malgré tout les plus nombreux de la corporation. Au seizième siècle, ils crient « Fromaige ! » dans les carrefours.

Au dix-septième, nous les trouvons portraiturés par Bonnard sous les traits d'un grand gaillard portant hotte et paniers chargés :

Pour faire trouver le vin bon,
Et dire les bons mots et les fines parolles
Au lieu de trenches de jambon,
Prenés fromage de Marolles.

Donc, au dix-septième siècle, le marolles avait déjà un certain renom. Il en était de même du fromage à la crème.

Au dix-huitième siècle, on appela « faire des fromages » ce jeu qui chez les jeunes filles consiste à tourner quelques instants sur soi-même et à s'abaisser ensuite subitement pour faire bouffer la jupe et lui donner en effet l'aspect d'un gros fromage rond. Madame Campan raconte dans ses Mémoires que se trouvant à l'âge de quinze ans en qualité de lectrice à la cour, elle s'amusait, malgré la solennité du lieu, à faire des fromages au milieu des salles. Un jour le roi entrant subitement dans une chambre trouva la jeune lectrice enfouie dans la soie de sa robe : il en rit de bon cœur, et, ayant fait venir mademoiselle Victoire : « Ma fille, lui dit-il, faites donc renvoyer un peu dans son couvent la petite lectrice qui fait des fromages, elle pourra en faire là tout à son soûl.



Fromager , Marchand de Marolles vers 1680
D'après Bonnard


A bientôt pour de nouvelle aventure §aax§ salut

_________________
Le Monde est à nos pieds !


It's good to be the King
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chez-cathy-miam.forumactif.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les traditions d'autrefois de Marseille   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les traditions d'autrefois de Marseille
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la cuisine avec des légumes d'autrefois
» ile tudy autrefois
» herbes et traditions
» réalisation d'un très bon ami architecte sur Marseille
» Les tenues d'autrefois...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Globe-Trotter :: DECOUVERTE DU MONDE :: Les traditions-
Sauter vers: